Actualités

Comment renforcer l'isolation d'une maison ancienne ?

Posté le vendredi 23 juillet 2021

La date de construction en dit long sur le niveau d’isolation thermique attendu dans une maison. Ce n’est toutefois pas le seul critère à considérer. La nature des matériaux utilisés détermine elle aussi, en partie, le mode d'isolation le plus approprié.

Caractéristiques des bâtiments construits avant 1974

Les constructions anciennes ont été réalisées avant l’entrée en vigueur des normes relatives aux performances thermiques, à la qualité de l’air ou encore à la durabilité des matériaux. La première réglementation thermique est adoptée en 1974 dans la foulée du premier choc pétrolier de 1973. Le prix de l’énergie monte en flèche et il s’agit de réduire à tout prix les consommations des bâtiments construits en masse depuis l’après-guerre. Mal isolés, ils conservent péniblement la chaleur produite à grand frais et n’offrent pas un haut niveau de confort thermique.

La plupart des données qui circulent sur les déperditions thermiques du bâtiment concernent ceux construits avant l’entrée en vigueur de la RT 1974. Ce sont les 30 % de chaleur perdue par les toits, les 20 % par les murs ou encore les 10 % évacués par les ponts thermiques. Une multiplication de points de passage qui vaut à la plupart de ces logements le surnom de « passoire énergétique », régulièrement employé par les pouvoirs publics et les acteurs du secteur de la rénovation énergétique.

Particularités des maisons traditionnelles

Les maisons plus anciennes, construites à partir de matériaux et techniques traditionnels affichent des particularités bien singulières, qui les différencient des grands ensembles bétonnés. Le plus souvent élaborées au moyen des matières premières facilement accessibles sur place, ces constructions portent la marque de leur région : tuile, ardoise, grès, schiste, granite, terre crue, galets, brique, calcaire, bois… Elles peuvent être rapidement en proie à des taux d'humidité importants qui renforcent la sensation de froid des occupants en hiver.

Les parois froides accentuent également le phénomène et creusent le fossé entre température ambiante et température ressentie. Cet excès d’eau provient, la plupart du temps, des sols et remonte le long des parois, en l'occurrence composé de matériaux plutôt poreux, pour s’évacuer vers le haut du bâtiment. Les réglementations aujourd’hui en vigueur contournent ce problème de remontées capillaires par l'application d’une coupure entre le sol et la construction.

Isoler un bâtiment ancien : les précautions

Isoler un immeuble en béton ou une maison en pierre n'appelle ni les mêmes matériaux, ni les mêmes techniques.

Immeubles « modernes »

Dans les immeubles modernes, à l’image de ceux visés par le grand plan d'isolation des années 1970, toute la difficulté réside dans la capacité à isoler l’espace intérieur sans l’étouffer. Les premières tentatives précipitées ont pu en effet priver les occupants d’un juste niveau de renouvellement de l’air ambiant, mais le défi a depuis été largement relevé grâce à des systèmes de ventilation efficaces et correctement dimensionnés. Partant de ce principe, tous les modes d'isolation sont envisageables allant des isolants synthétiques aux matériaux biosourcés.

Maisons anciennes traditionnelles

La ventilation est tout aussi importante dans une maison ancienne, mais le point de vigilance porte principalement sur le respect de l’équilibre hydrique du bâtiment. Avec ses matériaux poreux, aux propriétés souvent complémentaires, la maison gère les excès d’humidité. Bien entendu, cette gestion n’est pas toujours à l’avantage des occupants, exposés au froid et à l’humidité, mais elle garantit néanmoins la santé et la durabilité du bâti à travers le temps. Le défi consiste alors à améliorer le confort hygrothermique des habitants sans détruire les mécanismes de gestion naturelle déjà en place.

Les matériaux isolants et leurs applications

Les combles, les rampants de toiture et toiture-terrasse, les murs et les planchers peuvent être isolés au moyen de différentes techniques : pose de panneau, application en rouleaux ou par projection d’isolant… Réalisables à partir de différents matériaux, issus de l’industrie pétrochimique ou de ressources renouvelables pour les isolants les plus écologiques, toutes ces solutions permettent de réduire les déperditions thermiques, mais leurs applications diffèrent selon le type de construction.

Isolants pétrochimiques

Les isolants issus de l’industrie pétrochimique comme le polystyrène expansé (PSE), le polystyrène extrudé (XPS) et le polyuréthane (PUR), présentent l'avantage d’être à la fois légers, économiques et très efficaces. Ces matériaux peuvent être déployés sur toutes les surfaces stratégiques de la maison pour une isolation renforcée. Ils sont en revanche contre-indiqués dès lors que leur application est susceptible d’entraver l’évacuation de l’eau présente dans les parois.

Les isolants minéraux et biosourcés

Les laines minérales, laines de roche, laine de verre conviennent à la plupart des structures et peuvent être posées en panneaux, en rouleaux, voire en projection. Les fibres de bois, la ouate de cellulose, le chanvre, le liège ou encore les fibres textiles recyclées font partie des matériaux biosourcés pouvant être utilisés en rénovation thermique de l'habitat. Profondément respirants, ils accompagnent naturellement les dynamiques hydriques des constructions anciennes.

Les écrans de sous toiture

L’écran de sous toiture agit comme une seconde peau, en renfort de la couverture pouvant être endommagée par les intempéries ou d’autres dégradations accidentelles. La toiture se retrouve alors exposée aux infiltrations d’eaux, de neige fondue, aux entrées de petits rongeurs et d’insectes, ainsi qu’au passage de poussières, particules, pollens et détritus pouvant nuire aux matériaux et à la santé des occupants s’ils sont dispersés à travers le logement. L’écran de sous toiture prévient les entrées d’air et a, par conséquent, un rôle à jouer dans l’isolation du toit.

Sur une maison traditionnelle, il est impératif de sélectionner des matériaux perméables, qui laissent passer la vapeur d’eau. C’est le cas des écrans de sous toiture HPV qui préviennent la stagnation de l'humidité dans les combles. Un phénomène particulièrement menaçant lorsque la construction présente une charpente en bois.

Les autres actualités de Valtech

Pourquoi le bois est-il un bon isolant thermique ?
Pourquoi le bois est-il un bon isolant thermique ?

En quoi les isolants bois sont-ils efficaces en construction neuve et en rénovation de l’ancien ? Retour sur les critères d’un bon isolant et les atouts du bois.

Bien isoler son grenier avec l'isolation couverture
Bien isoler son grenier avec l'isolation couverture

Avec la transition écologique, de nombreuses primes sont en plein essor. MaPrimeRenov’ et le Coup de pouce économies d’énergie sont les deux aides les plus convoitées cette année 2021. Et pour cause, elles couvrent une bonne partie des projets de travaux d’isolation couverture.

Quelles aides financières pour isoler sa maison en 2021 ?
Quelles aides financières pour isoler sa maison en 2021 ?

L'année 2021 est la meilleure année pour procéder à ses travaux de rénovation énergétique. De nombreuses aides financières cumulables ont été mises en place et elles sont accessibles au plus grand nombre.

Comment isoler une fenêtre du froid et du bruit ?
Comment isoler une fenêtre du froid et du bruit ?

Vos fenêtres sont mal isolées ? Découvrez dans cet article comment remédier à ce problème et quelles primes peuvent vous être accordées si vous optez pour un remplacement des châssis.

Isolation d'une toiture plate par l’intérieur ou l’extérieur
Isolation d'une toiture plate par l’intérieur ou l’extérieur

Lorsqu’on pense à l’isolation d’une toiture inclinée, il va de soi que l’isolation va se faire de l’intérieur. Nous allons voir dans cet article qu’il est possible d’isoler votre toit plat par l’intérieur ou par l’extérieur.

Comment renforcer l'isolation d'une maison ancienne ?
Comment renforcer l'isolation d'une maison ancienne ?

La date de construction en dit long sur le niveau d’isolation thermique attendu dans une maison. Ce n’est toutefois pas le seul critère à considérer. La nature des matériaux utilisés détermine elle aussi, en partie, le mode d'isolation le plus approprié.

Isolants biosourcés : le bois pour rester au frais cet été
Isolants biosourcés : le bois pour rester au frais cet été

Pour résister aux pics de chaleur enregistrés partout en France à la saison estivale, la performance du bâtiment ne peut se résumer à la seule résistance thermique du matériau isolant. Le point sur les critères clés du confort thermique en été et sur les atouts du bois et des isolants biosourcés.